Nos ancêtres les Gaulois

Publié le 14 mai 2012
20120514_u_cLattes en Languedoc
Restitution de la cité au IVe siècle avant J.-C. Infographie : LaForme interactive / I. Mottola et S. Valette sous la direction de M. Py et T. Janin
© Ministère de la Culture et de la Communication
 
Nos ancêtres les Gaulois
Les recherches archéologiques ont balayé l'image de « nos ancêtres les Gaulois » léguée par les manuels d'histoire jusque dans les années 1980. Le tableau de la Gaule – notion créée et transmise par les Romains – est contrasté, et dans l'espace géographique défini par César dans la Guerre des Gaules, les Gaules sont multiples. L'exposition « renversante » présentée à la Cité des sciences et de l'industrie jusqu'au 2 septembre 2012, dévoile les multiples facettes de ces communautés de cultures avant la conquête romaine.

Autre idée de visite, le Musée d'archéologie nationale qui vient de rénover la présentation de la salle dédiée aux Gaulois.

   

Le ministère de la Culture et de la Communication a mis en ligne trois parcours qui offrent de magnifiques visites documentées de trois cités gauloises, bien différentes les unes des autres, Lattes et Entremont au sud, Acy-Romance au nord. Mises à la disposition des enseignants et de leurs élèves, des activités pédagogiques, des jeux et des fiches prolongent la découverte de ces sites archéologiques du second âge du fer, fouillés par des équipes associant archéologues et autres spécialistes.


Lattes en Languedoc : une cité portuaire métissée (VIe avant J.-C.– IIe siècle après J.-C.)
Située entre terre et eau, sur la presqu’île formée par la lagune et le fleuve Lez, distante de 5 km de Montpellier, la cité vit au rythme des bateaux, venus d'Italie, de Grèce ou d'Espagne. Une magnifique restitution permet de découvrir le visage de la ville gauloise du IVe siècle avant notre ère, à l’abri de son rempart triangulaire, avec ses maisons à la construction soignée en pierre, bois et terre.
Le visiteur découvrira aussi d’autres aspects de cette ville animée par le commerce maritime et les activités artisanales de ses ateliers de poterie et de métallurgie. Métissé d’influences grecques et italiques, le port cosmopolite est le lieu de rencontre de plusieurs cultures, on y parle plusieurs langues et la langue gauloise s’écrit à l’aide de l’alphabet grec… Un exemple de dialogue interculturel !

 

Au contact des Grecs et des Romains, les Gaulois d'Entremont (IIe siècle avant J.-C)

Édifiée en deux temps, en 175 av. J.-C. et en 150 av. J.-C., la place forte d'Entremont, située dans l'arrière-pays de Marseille, est connue pour sa statuaire étonnante, avec ses personnages héroïsés et ses têtes sculptées de défunts.

À l'intérieur de ses remparts, s'alignaient des habitations de bois, pierre et terre. Un édifice public a pu être identifié, une grande salle rythmée par des piliers en bois et décorée de crânes humains.

La statuaire, les outils, bijoux et autres objets mis au jour révèlent un cadre technique évolué, loin de toute idée de "barbarie" qui est attachée traditionnellement aux Gaulois. Ils témoignent aussi d'une civilisation originale, fondée sur l'affirmation politique d'une classe aristocratique, et de ses mutations, au contact des cultures grecque et romaine.

Le musée Granet conserve les sculptures d'Entremont.


Acy-Romance : les Gaulois des Ardennes (IIe – Ier siècle avant J.-C)

Le village gaulois, situé sur la commune actuelle d'Acy-Romance, au nord de Reims, s'organise autour d'un centre religieux composé d'un tertre abritant la tombe de « l'ancêtre », d'une grande place, et de cinq bâtiments, les « temples ». Autour, les quartiers d'habitation, avec les éleveurs au nord-est, les agriculteurs à l'est, les artisans au sud-est, la main d'œuvre au nord.

Les vestiges découverts sur ce site archéologique ont permis de connaître le mode et le niveau de vie des habitants, des épisodes de la vie quotidienne, ainsi que des pratiques funéraires, extrêmement sophistiquées et codifiées. Les inhumations bien particulières de jeunes hommes roulés en boule à proximité du grand temple évoquent des sacrifices humains.

 

 


 

Copyright © Ministère de la Culture et de la Communication - 2012

Partage par email

Tous les champs sont obligatoires.