GéoCulture en Limousin

Publié le 24 mai 2011

20110521 u a4

Découvrez le regard que les artistes ont porté sur le Limousin.
Plus de 500 œuvres d’art accessibles en ligne et sur des applications mobiles. Monet, Doisneau, Colette, George Sand et des dizaines d’artistes contemporains à découvrir en un seul clic.

GéoCulture : Qu’est-ce-que c’est ?
Le principe est de répertorier des centaines de regards différents d’artistes sur le Limousin. Tous les types de représentations esthétiques sont concernés : textes littéraires, photographies, peintures, sculptures, films, musique, langue occitane…, pourvu qu’ils s’inscrivent dans le territoire régional.
Plus de 500 œuvres ou extraits d’œuvres sont proposées.

GéoCulture : Quel est l’objectif ?
La finalité est à la fois culturelle (mieux faire connaître les richesses artistiques de la région) et touristique (valoriser le territoire par des richesses culturelles peu ou non visibles a priori). GéoCulture ambitionne de montrer le Limousin sous un jour nouveau, celui que les artistes ont porté sur lui.

GéoCulture : Comment ça marche ?
On accède à GéoCulture :
- par le site Internet : http://geo.culture-en-limousin.fr, on accède aux œuvres par une recherche sur la carte ou par une recherche multicritère (artiste, domaine, commune, mot-clé…). Le site est proposé en français et en anglais.
- par les applications pour smartphones (I-phone et mobile sous Androïd) à partir du 15 mai 2011. Les œuvres sont proposées en fonction de l’endroit où se trouve l’utlisateur (« 30 œuvres autour de moi »).

GéoCulture : En quoi est-ce innovant ?
GéoCulture est le premier projet de ce type mis en place en France. Il concerne en effet tous les domaines artistiques et leur lien avec le territoire.
Un projet collaboratif expérimental : GéoCulture existe grâce à ses contributeurs : artistes, auteurs, musées, centres d’art, archives, bibliothèques. Mais GéoCulture s’enrichit aussi de toutes les propositions des internautes utilisant le site : habitants corrigeant la géolocalisation imprécise d’une œuvre, lecteurs signalant une page d’un auteur décrivant un lieu du Limousin…

GéoCulture : quel intérêt pédagogique ?
GéoCulture est un projet intéressant pour les enseignants qui souhaitent décloisonner leurs matières et travailler en pluri-disciplinarité.  Quelques exemples :

Histoire/Arts plastiques : La série Paysages insoumis du photographe Thierry Girard qui photographie des lieux de batailles, de soulèvements, de rebellions, de mutineries en Limousin (10 œuvres sur GéoCulture).

Géographie / Arts plastiques : Comment les peintres ont représentés le site de Crozant (Creuse) ? Comment était le site à l’époque ? Comment la représentation a-t-elle évolué (Pré-Impressionnistes, Impressionnistes, Pointillistes…).  

Français / Anglais : Comparer deux textes littéraires dans leur version française et anglaise. Exemple avec un extrait du Journal de George Sand.

GéoCulture permet aussi aux enseignants de français, histoire et géographie, arts plastiques, musique, anglais et aux documentalistes de travailler avec leurs classes. Par exemple :

En français :
En lycée : travailler sur les « perspectives d’étude », lier un texte à son histoire littéraire et culturelle (exemple avec un extrait d’un roman de marcel Jouhandeau)
En seconde : comprendre l’écriture littéraire en la mettant en contexte  (exemple : un extrait du roman Miette de Pierre Bergounioux)
En 6ème-5ème : le descriptif (apprendre à décrire) en s’appuyant sur l’exemple de Georges-Emmanuel Clancier décrivant ce qu’il voyait sa fenêtre lorsqu’il était enfant (puis écouter le texte lu par l’auteur).

En Arts plastiques :
Analyser les œuvres des artistes majeurs de l’histoire de l’art : exemple : l’invention de la série en peinture avec Claude Monet,
S’initier à l’art contemporain avec les sculptures du parc de Vassivière.

Copyright © Ministère de la Culture et de la Communication - 2012

Partage par email

Tous les champs sont obligatoires.