Portail 24/25, moteur de recherche dans les archives et collections audiovisuelles françaises

Publié le 24 février 2011

20110224 n4Portail 24/25

Portail 24/25 : moteur de recherche dans les archives et collections audiovisuelles françaises, consacré au cinéma d'avant-garde, expérimental, d'artistes, et aux essais documentaires.

Dans ce portail d'images en mouvement, il est possible de consulter plus de 11 000 films et vidéos, en provenance des collections de 7 partenaires.

L'idée du portail est de montrer les films et d’en faciliter l’accès pour le grand nombre. Il y avait aussi un besoin de créer un outil pour les chercheurs, les historiens, les programmateurs, qui serait en mesure de répertorier l'ensemble des œuvres de toutes les collections. C'est enfin un outil destiné aux spectateurs, aux curieux qui se baladent sur Internet et qui cherchent à découvrir des œuvres.

Le portail 24-25, dont le modèle de données a été défini grâce à une collaboration avec l’équipe du projet européen GAMA, est donc un moteur de recherche spécialisé qui permet de consulter en ligne les fiches de plus de 11000 films et vidéos issus des collections qui y participent. Chaque film ou vidéo présent y est accompagné par des informations textuelles et visuelles ; les biographies et les filmographies des cinéastes et des vidéastes concernés y sont également disponibles. Plus de deux mille films et vidéos ont été numérisés et peuvent être visionnés sur le portail, dans leur intégralité ou en extrait.

Sur la page d'accueil, des vidéos sont présentées de manière aléatoire, ce qui permet à l'internaute de se promener dans les collections. Le système de recherche uniterme permet de retrouver l'élément cherché qui s’affiche sous forme de listes, ce qui permet d'affiner la recherche petit à petit avec l’aide des filtres. Des systèmes de filtrage sont proposés, pour afficher par exemple seulement les films en couleur, silencieux, et dont des vidéos en ligne sont déjà accessibles sur le portail. Il est aussi possible de trier les résultats par archives, par type, par date. Une recherche avancée permet enfin d'exécuter une recherche plus précise dès le départ.

Le coût d’un tel portail est important car il s'agit de développer un moteur de recherche capable de lancer des requêtes dans toutes les bases de données des partenaires, qui sont toutes construites sur des modèles de donnée différents. Le portail est financé par le ministère de la Culture et il doit évoluer pour être aux normes européennes OAI, ce qui lui permettra d'être exploitable par le portail Europeana par exemple dont moins de 2 % du contenu est d'ordre audiovisuel, alors que c'est justement le type de documents que recherchent les internautes.

Pour faire l'historique de la création de ce portail, celle-ci est à la conjonction de plusieurs initiatives croisées. D'une part, le fonds de numérisation du ministère de la culture qui a permis à l'association Videoformes et au Centre Pompidou , dès 2003, de numériser leurs collections. L'association Light Cone leur a emboité le pas en 2005. D'autre part, la mise en place d'un groupe de réflexion, en 2007, constituant ensuite le collectif 24/25 avec des représentants du MAC/VAL, du musée d’Art moderne de la Ville de Paris, de la BNF, du CNAP, et des Archives française du film/CNC qui se donnait pour but la mise en commun des connaissances, notamment en matière de conservation des œuvres audiovisuelles, et la création d’un catalogue numérique des collections françaises couvrant l’ensemble du champ de l’œuvre d’art audiovisuelle (cinéma d'avant-garde et expérimental, art vidéo, installations audiovisuelles, essais documentaires, films sur l’art…).

A l’automne 2008, Light Cone s’est vu confier par le ministère de la Culture (Mission de la Recherche et de la Technologie), la conception du projet de portail. Le portail regroupe à ce jour en plus des associations et des institutions pré-citées, Cinédoc/Paris Film Coop, Circuit-Court, le Collectif Jeune Cinéma, Heure Exquise !, Les Instants Vidéo, Le peuple qui manque, Light Cone, Pointligneplan, Vidéoformes et Videomuseum (partenaire technique du plan de numérisation).

 

Copyright © Ministère de la Culture et de la Communication - 2012

Partage par email

Tous les champs sont obligatoires.