Chopin et Sand

Publié le 16 mars 2010
20100316_u_c
George Sand écoutant Chopin par Eugène Delacroix, 1838
© Ordruptgaard Copenhague / Archives photographiques, Paris - Musée du Louvre / RMN

 

2010, année de la célébration du bicentenaire de Chopin, est l'occasion de redécouvrir le cercle artistique du compositeur qui vécut en France de 1831 à 1849.

Avec George Sand dont il partagea la vie pendant huit ans, Chopin fut proche de Franz Liszt et d'Eugène Delacroix dont la peinture George Sand écoutant Chopin, réunit l’écrivain et le musicien. Ce tableau sera, pour des raisons inconnues, divisé en deux – Chopin est accroché au Louvre et George Sand à Copenhague.

Sand réunissait ses nombreux amis dans son domaine de Nohant qui résonne des chants de la grande cantatrice Pauline Viardot qui inspira à Sand le personnage de Consuelo. Ensemble, elles chantaient de vieilles partitions des compositeurs Porpora, Marcello, Martini. Chopin les accompagnait au piano. Mozart et Bach représentaient alors pour tous trois « l’idéal du beau ». Les années que Sand passa avec Chopin furent imprégnées de musique, et c'est à Nohant où Chopin séjournait trois à quatre mois par an, qu'ont été créés nombre de mazurkas, sonates, préludes, nocturnes. On peut les écouter, sous forme d'extraits, sur le site Internet George Sand (rubrique « Salon de musique »).

L'écrivain, qui aimait écrire en écoutant Chopin jouer, dit ses émotions et sa passion pour la musique :

« Le génie de Chopin est le plus profond et le plus plein de sentiments et d'émotions qui ait existé. Il a fait parler à un seul instrument la langue de l'infini. » Histoire de ma vie, t. II, p. 421

« Pendant huit ans, en m'initiant chaque jour au secret de son inspiration ou de sa méditation musicale, son piano me révélait les entraînements, les embarras, les victoires ou les tortures de sa pensée ». Histoire de ma vie, t. II, p. 422

« Nos yeux se remplissent peu à peu des teintes douces qui correspondent aux suaves ondulations saisies par le sens auditif. Et puis la note bleue résonne et nous voilà dans l'azur de la nuit transparente ». Impressions et souvenirs, p. 46

« J'étais dans un de ces accès de vie que nous communique une belle musique ou un vin généreux, dans une de ces excitations intérieures où l'âme, longtemps engourdie semble gronder comme un torrent qui va rompre les glaces de l'hiver ». Xe des Lettres d'un voyageur, Œuvres autobriographiques, t. II, p. 914.

Plusieurs rubriques du site George Sand font revivre ces instants magiques où se conjuguent amitié, amour et création : « entourage »  « les amours »  « l’artiste romantique » « salon de musique ».

 
 

Copyright © Ministère de la Culture et de la Communication - 2012

Partage par email

Tous les champs sont obligatoires.